Poème de la classe de 1ère ES/L du LFI Duras

Nous autres lycéens nous sommes loin de France
Et de ces temps de mort. Notre passé en ruines
Pourtant ne mourra pas : A Verdun nos racines
A jamais nous relient à leur longue souffrance.

Les milliers de croix blanches alignées à Douaumont,
Dans un champ silencieux nous racontent l’histoire
De fureur et de feu que nous commémorons :
Courage des soldats, défaites et victoires…

Hommes brisés, gazés, abattus sans merci,
Des millions de corps fauchés sous les rafales…
Gueules cassées, muets qui ravalent leur cri,
Mutilés par millions aux pauvres vies bancales !

Dans l’angoisse et l’espoir les mères et les filles
Attendent le retour d’un fils que l’on fusille.
Ses enfants endeuillés un jour retourneront
Chercher une réponse aux tombes de Douaumont.

Pauvre soldat couché, toi qui ne connus pas
L’armistice et la paix de Compiègne, toi qui
Gis là paisiblement, lassé de ces combats,
Tu enseignes ceci : N’ayons plus d’ennemis !

Et nous autres aujourd’hui, tes lointains descendants,
Si le prix de la paix ne nous est inconnu,
C’est qu’un jour tu as su, pour nous, verser un sang
Qui ne s’est pas tari, qui ne s’est pas perdu.

Dernière modification : 30/11/2016

Haut de page