Grand angle – Relation bilatérale franco-vietnamienne


Conformément à l’ancienneté et à la profondeur des liens unissant la France et le Vietnam, l’année écoulée a été marquée par de nombreux événements venant nourrir et renforcer notre relation, encadrée par un partenariat stratégique depuis septembre 2013.

JPEG

La relation politique a été confortée par plusieurs visites bilatérales. Ainsi de la visite au Vietnam et à Ho Chi Minh-Ville du groupe d’amitié France-Vietnam au Sénat en février et du Président de l’Assemblée nationale en mars ; ou encore de celle du ministre de la Défense à Hanoï début juin.


Le Premier ministre vietnamien a conduit une délégation en France en novembre 2015 pour participer à la COP 21. Et le Vietnam, avec les 194 autres pays participants, a permis le succès de cette conférence qui a vu la signature, pour la première fois depuis le lancement des négociations pour le climat.


Monsieur François Hollande, Président de la République, fera une visite d’Etat début septembre.


Sur le plan économique, les relations sont également fortes, même si on peut souhaiter faire toujours mieux. Ainsi, en 2015, le commerce bilatéral franco-vietnamien a progressé de 43 % (à 4,1 Md€), tant sous l’influence d’une hausse des exportations françaises – notamment aéronautiques – que des exportations vietnamiennes.


Ho Chi Minh-Ville occupant une place particulière dans cette relation bilatérale, à l’image de son rôle de capitale économique, abrite la grande majorité de la communauté française installée au Vietnam. En y ajoutant les trois provinces qui la bordent, la très grande majorité des 300 entreprises françaises installées au Vietnam comme des entreprises créées au Vietnam par des Français.


Les domaines de la coopération, de l’enseignement et de la culture offrent de très nombreux exemples de ces liens qui unissent les deux pays.


La France reste une destination prisée des étudiants vietnamiens, puisqu’elle accueille 6.500, dont environ 1.500 nouveaux chaque année.


L’Agence française de développement, en association avec l’Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO) pour l’un de ses projets, et l’Institut pour la recherche sur le développement travaillent aussi à lutter contre les conséquences du changement climatique, dans le delta du Mékong, autour de Ho Chi Minh-Ville ou dans la réserve de Can Gio, qui abrite une mangrove exceptionnelle aux portes de la ville.


Un dernier exemple, dans le domaine médical, sujet d’excellence de la coopération franco-vietnamienne. Un centre franco-vietnamien de la goutte est mis en place à Ho Chi Minh-Ville, qui apportera des capacités de traitement et de recherche sur la maladie unique au monde.


Ces différents exemples montrent tout simplement que la France, ses entreprises, ses artistes, ses scientifiques, bref, ce qui fait la diversité de notre pays, entendent contribuer au renouveau de Ho Chi Minh-Ville. Les nouveaux dirigeants de la ville et les autorités vietnamiennes souhaitent redonner à Ho Chi Minh-Ville son rôle de capitale de l’Asie du Sud-Est, de perle de l’Extrême-Orient que la France compte bien entendu y contribuer !

Dernière modification : 18/07/2016

Haut de page