Grand angle – Paradoxes budgétaires

PNG

La session parlementaire qui s’est ouverte le 20 octobre dernier a vu, et verra jusqu’au 22 novembre, un grand nombre de sujets être débattus, avec plus ou moins de vigueur. Le dernier en date est celui du budget des municipalités, et tout particulièrement d’une coupe dans le budget de Ho Chi Minh-Ville. Jusqu’alors, la capitale économique du pays gardait pour son budget de fonctionnement 23 % des 367 000 Md VND (17,5 Md USD) de ses recettes fiscales, soit environ 84 500 Md VND (4,02 Md USD). Cette somme pourrait être réduite de 5 % du total, soit de près d’un milliard de dollars. Cette part du budget gardé par la municipalité sur ses recettes fiscales, avait connu une érosion constante depuis les années 1980, mais elle était restée stable depuis 2006.

La nouvelle équipe dirigeante de Ho Chi Minh-Ville espérait « refaire de la ville la perle de l’Extrême-Orient » et négocier un « mécanisme fiscal spécial » pour son développement. Pour elle, c’est une mauvaise nouvelle.

Cette âpre discussion autour du budget des municipalités intervient dans un contexte où la dette publique approche de la limite, fixée par l’Assemblée nationale, de 65 % du PIB. Les ministères et collectivités territoriales sont priées de se serrer la ceinture ; il leur a été explicitement demandé de « réduire le nombre de voitures de fonction et les voyages à l’étranger ». Mais ces bouts de ficelle qui peuvent être économisés tout à fait légitimement ont peu en commun avec la portée d’une telle décision pour le développement économique de Ho Chi Minh-Ville.

A l’évidence, il y a une nécessité de redistribution territoriale entre la ville la plus riche du pays et les autres provinces. Mais la recherche d’une forme d’équité entre territoires ne doit pas faire perdre de vue le risque de voir s’éloigner le rêve de « la perle de l’Extrême-Orient ». C’est un risque concret pour une ville qui doit faire face à de nombreux défis et développer ses infrastructures, que ce soit dans les transports, la lutte contre les inondations, le développement de logements et l’accueil des touristes…

Dernière modification : 31/10/2016

Haut de page