Grand angle – Les startups au Vietnam

2016, appelée « L’année du démarrage » au Vietnam, a vu le gouvernement vietnamien montrer un soutien renforcé aux start-up. L’esprit d’entreprise a été souligné comme un moteur-clé de l’économie du Vietnam par les médias nationaux et dans presque tous les discours officiels du Premier ministre vietnamien, M. Nguyen Xuan Phuc.

Un bilan en demi-teinte

PNG - 60.2 ko
Le nombre de start-up au Vietnam a augmenté de 14 % en 2017

Au cours des quatre premiers mois de 2017, 39 580 nouvelles entreprises ont été recensées pour un capital total enregistré de 17 milliards de dollars. Cela représente une augmentation de 14 % du nombre de start-up et une augmentation de 54 % du capital enregistré par rapport à la même période en 2016. Selon le ministère vietnamien du plan et de l’investissement, sur les 110 000 nouvelles entreprises enregistrées en 2016, plus de 90 % ont payé des impôts, montrant des signes d’exploitation stable.

Il faut cependant nuancer ce constat. Au cours des quatre premiers mois de 2017, 4 057 entreprises ont déposé leur bilan et 27 400 autres ont suspendu leur activité. Le Vietnam doit rattraper son retard sur les autres membres de l’ASEAN, en matière de productivité dans un environnement commercial très concurrentiel, qu’illustre par exemple la vague de produits thaïlandais que l’on retrouve dans les supermarchés du pays.

Les start-up vietnamiennes, isolées de l’écosystème de la nation

Le plus grand obstacle pour les nouvelles entreprises du Vietnam est l’accès au financement. L’accès inéquitable et inégal aux ressources financières et aux contrats, en particulier gouvernementaux, est un problème pour les petites et moyennes entreprises. À l’heure actuelle, la plupart des fonds proviennent de fonds étrangers de placement à risque, car il n’y a pas suffisamment d’entreprises locales capables de financer ces entreprises. Le deuxième problème majeur est la corruption dans le secteur informel. Son omniprésence nuit encore à l’efficacité opérationnelle des entreprises et augmente les coûts et les risques pour les entrepreneurs en démarrage.

Enfin, l’absence d’un bon écosystème de démarrage et le manque de coopération parmi les entreprises locales pose un autre défi pour la croissance des start-up du Vietnam. Un programme national de soutien à l’écosystème de démarrage innovant a été approuvé à l’échelle nationale. Les experts s’inquiètent cependant des mesures concrètes qui pourront être mises en œuvre et de l’émergence possible d’une autre génération d’entreprises favorisées par l’État.

Dernière modification : 29/08/2017

Haut de page