Grand angle - Le Vietnam, un producteur d’hydrocarbures émergent

Depuis 2005, la consommation vietnamienne d’énergie a crû à un rythme annuel moyen de 8 %. Cette consommation se répartit entre l’industrie (39,8 %), l’habitat (32,9 %), les transports (22,1 %), le secteur du commerce et des services (3,8 %) et l’agriculture (1,3 %). Selon l’Agence internationale de l’énergie, le pétrole est aujourd’hui le premier agent énergétique consommé au Vietnam (31,5 %), devant le charbon (25,5 %), et le gaz naturel (12,5 %).

Des réserves prouvées en pétrole et gaz importantes


Les réserves prouvées de pétrole et de gaz du Vietnam se situent respectivement à 4,4 Md de barils et 600 Md de m3 [British Petroleum, 2014], ce qui représente de confortables réserves d’hydrocarbures et 0,3 % des réserves prouvées mondiales. Ces chiffres, en apparence modestes, classent le pays, à l’échelle de la région Asie-Pacifique, en 3e place pour les ressources détenues en pétrole (derrière la Chine et l’Inde) et en 6e position pour le gaz (dont les réserves sont surtout détenues par l’Australie, la Chine et l’Indonésie). Pour la production, le Vietnam se classe 6e pour le pétrole (350 000 barils/jour) et 11e et dernier producteur de gaz (8,8 Mt équivalent pétrole). D’après BP, au rythme actuel de consommation, le Vietnam épuisera ses réserves prouvées en 34,5 années pour le pétrole et 63,3 pour le gaz. Le secteur pétrolier vietnamien est concentré : les ressources sont exploitées par la société d’Etat PetroVietnam tandis que l’importation et la distribution des produits pétroliers sont assurées par Petrolimex. Toutefois les sociétés étrangères (principalement russes et japonaises) sont autorisées à exploiter les hydrocarbures à condition que PetroVietnam détienne au minimum 20 % de la co-entreprise. C’est le cas des entreprises vietnamo-russes VietSovPetro et Vietgazprom.

JPEG - 61.9 ko
Routes maritimes stratégiques et
bassins gaziers et pétroliers de l’Asie-Pacifique

L’importation croissante de produits bruts et raffinés


Toutefois, avec un déficit journalier de 28 000 barils, la production de pétrole ne couvre plus la consommation intérieure depuis 2011. Le recours aux importations se généralise. Les produits bruts sont acheminés depuis le Venezuela et le Moyen-Orient. Faute de capacités de raffinage suffisantes, les produits raffinés et les carburants proviennent également en majeure partie de l’étranger, ce qui rend nécessaire l’exploitation d’autres formes d’énergies comme le charbon ou l’hydroélectricité.

Favoriser l’indépendance énergétique


Un plan de développement énergétique (2011-2020) a été mis en place. Plusieurs principes sont mis en avant parmi lesquels l’utilisation de l’ensemble des ressources naturelles et énergétiques disponibles sur le territoire national, la diversification des sources d’énergie, et l’ouverture du secteur à la concurrence. L’Etat garderait le contrôle des réseaux de transport et de distribution. Le but est de favoriser l’indépendance énergétique du Vietnam, volonté qui se retrouve dans l’attribution systématique de concessions sur l’exploitation d’hydrocarbures à des compagnies étrangères originaires de pays différents.

Dernière modification : 18/04/2017

Haut de page