Grand angle – Le Vietnam est-il toujours un pays-atelier ?

PNG À 327,8 Md USD, le commerce extérieur du Vietnam continue de progresser en 2015 (+10 % contre +13 % en 2014) mais il redevient déficitaire, avec 162,1 Md USD d’exportations pour 165,6 Md USD d’importations. L’excédent est toujours croissant avec les Etats-Unis et l’Europe mais le déficit commercial du pays avec ses partenaires asiatiques est de plus en plus grand.
Depuis le « renouveau » (le « Dôi Moi ») en 1986 et le lancement progressif de « l’économie de marché à orientation socialiste », le Vietnam avait construit en partie son avantage comparatif sur les bas salaires. La levée de l’embargo américain en 1994 ou l’entrée du pays dans l’organisation mondiale du commerce en 2007 sont deux exemples de faits ayant contribué à attirer des investisseurs étrangers dans le pays. Ceux du secteur du textile et de l’habillement s’étaient notamment installés dans les banlieues de Ho Chi Minh-Ville, à Binh Duong et à Dong Nai, où le salaire moyen était inférieur à 100 USD par mois. Le faible coût de la main d’œuvre et une industrie de faible niveau technologique avaient dès lors étiqueté le Vietnam comme pays-atelier.
La part des produits du secteur « habillement-textile » dans les exportations vietnamiennes reste importante, puisqu’elle représente 24 % du total pour près de 39 Md USD en 2015. Néanmoins, ce que les Vietnamiens vendent le plus aujourd’hui sont les produits électroniques (téléphones, ordinateurs, appareils photos, etc.) pour près de 31 % du total des exportations et plus de 50 Md USD.
Cette tendance devrait se renforcer dans les prochaines années, d’autant que le géant sud-coréen Samsung a annoncé une nouvelle série d’investissements pour accroître sa production. Le modèle de développement du Vietnam est en train de changer et les chiffres confirment l’hypothèse d’une montée en gamme. L’entrée en vigueur dans les années à venir des accords de libre-échange signés en 2015
(TPP, accord avec l’Union européenne, la Corée du Sud, et l’Union économique eurasienne) devrait encore en accélérer la cadence. Mais les Vietnamiens devront s’assurer d’acquérir les technologies et ne pas se contenter de faire l’assemblage.

Dernière modification : 25/04/2016

Haut de page